codedesuivi codedesuivi
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 09 août 2010

AURELIEN - Par Eric GUILLOT

AURELIEN

 

- Tais-toi ! dit la voix suprême envers son rejeton. Assujetti par les nombreuses remarques de son cercle et des convenances bourgeoises, le sujet ne voit pas plus loin que le bout de la lorgnette, qui selon les usages, correspond à la graduation du statut du grand-père qui fut - selon les dires de sa descendance – une importante personnalité. Aimant avec beaucoup de douceur, de raffinement et de tendresse les femmes de son entourage, il usa jusqu'à la prestance tant convoitée du baise-main et du rince-doigts. Aurélien, magistrat à la retraite et neveu de sept oncles actionnaires du Canal de Panama – arpentait quotidiennement les rues de la cité, à la rencontre, toujours imprévue, d’une femme élégante, aisée et distinguée. Cet aveu lui sera extorqué plus tard par le commissaire de police, lors d'un interrogatoire de routine au sujet d'une jeune femme retrouvée étranglée, sous un pont, non loin d'une porte cochère, jouxtant la cour d'une maison de maître, où, fâcheuse coïncidence, l'ancien magistrat résidait. Malheureusement, la police ne retrouva trace de l'assassin et le dossier de cette sordide histoire fut à jamais classé. L'ancien magistrat continua ses incessantes promenades à travers la ville désormais empoisonnée par les passions et les guerres intestines, mais nul ne comprit pour quelles raisons, l'âge avançant, ce notable partit subitement s'installer dans une nouvelle métropole...

 

Aurélien a paru dans le quotidien aveyronnais Centre Presse,
daté du dimanche 4 juillet 2010.

 

© Copyright Eric Guillot. Lois sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Toute reproduction dans sa forme ou son contenu est strictement interdite, sans l'accord explicite de l'auteur.

Commentaires

c'est beau ......

mais on sent bien l' Aveyron du ...SUD

bonne fin de journée

Jacqueline et Claude

Écrit par : RASPIENGEAS | jeudi, 02 septembre 2010

Hey!
On tente Agatha Christie! bien mon cher Hercule Poirot, la situation est en place, j'attends le déroulement de l'enquête et la conclusion. Ne serait-ce pas un peu de toi cet aurélien au baise-main et au rince-doigt?
Bien entendu, je ne te prête pas d'éducation bourgeoise noyée au milieu de la fin du XIXème siècle, dans les guêtres et les cannes à paumaux d'argent, mais il reste un peu de cette soumission qui semble vécue.
Bon, la suite?
Bise

Écrit par : marie-laure | vendredi, 03 septembre 2010

Pour Jacqueline et Claude : le Sud-Aveyron est merveilleusement beau par ses diversités géographiques et ses richesses culturelles et les Aveyronnais du Sud se distinguent par leur tenacité et leur combativité, toujours ! Amicalement.

Pour Marie-Laure : Non, je ne suis pas cet Aurélien avec ou sans pommeau d'argent. Non, je ne suis pas cet As à... Hein ? Non ! Je suis un insoumis (Je date ma chère amie ! Je date !) Et puis, doit-il y avoir une suite, je ne le sais pas. Cet homme semble bien trop protégé... Amicalement.

Écrit par : Eric GUILLOT | samedi, 04 septembre 2010

Magistralement composé! En peu de mots, c'est toute une vie que l'on pressent et surtout l'on devine derrière les conventions les désirs obscurs qui vont conduire jusqu'au meurtre...Quant à l'assassin, il court toujours dans notre imaginaire!
Cordialement, Françoise Urban-Menninger

Écrit par : Françoise Urban-Menninger | lundi, 27 septembre 2010

Grand merci Françoise, pour votre commentaire. Avec l'histoire du Canal de Panama, je faisais référence, au magnifique poème de Blaise Cendrars, "Le Panama ou les aventures de mes sept oncles". Quant au meurtrier "invisible" le personnage Aurélien est intouchable, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit d'un haut fonctionnaire d'Etat... Voilà j'ai voulu ajouter mon grain de sel... Bien amicalement, Eric

Écrit par : Eric | lundi, 27 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.