codedesuivi codedesuivi
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 24 décembre 2008

QUATRAINS ROMANTIQUES Par Eric GUILLOT

Quatrains Romantiques

 

MA ROSE

Rose mystérieuse
Rose merveilleuse
Rose des beaux jours
Rose mon amour.



IL N’Y A

Il n’y a de beauté semblable que la rose
Il n’existe d’amour semblable que de toi
Et chacun des baisers de par tes lèvres écloses
Est un secret avoué une part de toi.



POEME

La vie est un théâtre
Où chacun tient son rôle
Epaule contre épaule
J’écoute ton cœur battre.



IL NE M'EST DE TOUTE RAISON

Il ne m’est de toute raison que le ciel bleu
La douceur de tes mains le velours de tes yeux
Et le rythme de nos violons qui font toujours
L'écho retentissant de notre bel amour.



P L E I N   C H A N T


I

Regard de rêves et de splendeurs
Ouvre-toi amour voluptueuse
Sous ta jupe se perd la pudeur
Yvain a conquis son amoureuse.


II

Regard sur ton corps que tu dévoiles
Où la beauté devient sacrée
Songeries de mes jardins secrets
Yeux parés de mille et une étoiles.


 

© Copyright Eric Guillot. Lois sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Toute reproduction dans sa forme ou son contenu est strictement interdite, sans l'accord explicite de l'auteur.

lundi, 01 décembre 2008

LA COUTURIERE, poème. Par Eric GUILLOT

LA COUTURIERE

(Poème composé à l'occasion des 80 ans de Mme X.
couturière de métier et de son départ du club de couture
après trente années de bénévolat - 26 et 28 novembre 2008)


Des fins doigts aux belles merveilles
Redorent les songes défaits
Où les rêves d'antan s'éveillent
Comme de vrais contes de fées


Assise la couturière
Coud ; et le fil entre ses doigts
Efface comme fondrière
Le bel accroc fait sur la soie


A la pendule sonne l'heure
Mots interdits Ô songeries
Le temps qui passe n'est que leurre
Aux estampes des broderies


Coton, tissu, laine ou neige
Petites bobines de bois
Carrosse ou calèche, que sais-je
Où sont les reines et les rois ?


Les fils laineux dorés des songes
Profilent des accroche-coeurs
Comme se meurent les mensonges
A chaque battement de coeur


Chuchotement imperceptible
Ô silence tant redouté
Se perdent les phrases inaudibles
Dans la douceur des soirs d'étés.

 

 

© Copyright Eric Guillot. Lois sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Toute reproduction dans sa forme ou son contenu est strictement interdite, sans l'accord explicite de l'auteur.