codedesuivi codedesuivi
Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

lundi, 16 juillet 2018

EXPOSITION DE SARAH BUTSAVAGE

 Suggestions picturales

Sarah Butsavage expose à l’espace Claire Méravilles, à Rodez.

SARAH_SUGGESTIONS.jpg

Des couleurs vives, audacieuses et pertinentes recouvrent les murs de l’espace Claire Méravilles, à Rodez. L’artiste compare ses peintures de styles expressionnistes à des formations de nuages, en leur donnant le nom de Suggestions. « C’est un espace intime où nous questionnons notre objectivité et notre subjectivité » déclare Sarah Butsavage. Libre au visiteur alors d’interpréter ce qu’il y découvre. Car toutes ces œuvres semblent en « mouvement » et participent de fait à une transformation environnementale. Ainsi, devant ces compositions, le public se projette dans un nouvel espace, avec un nouveau regard. Autant de subjectivités et d’énigmes, dont chaque tableau, comme un rébus révèle une part de mystère.
Sarah Butsavage est une peintre américaine née à Philadelphie. Elle obtient sa licence en beaux-arts à la School of Visual de New York, en 2012. Aujourd’hui, l’artiste réside près de Toulouse, avec son compagnon d’origine aveyronnaise. Aussi, le couple n’hésite pas à venir régulièrement en Aveyron.

Eric Guillot

L’exposition est visible jusqu’au 30 juillet, à l’Espace Lunettes
Claire Méravilles (9, boulevard Gambetta) à Rodez, le lundi, de 14 heures
à 18 heures et du mardi au samedi, de 9 heures à 12 h 30
et de 13 h 30 à 19 heures.

Retrouvez l’artiste sur le site : https://www.instagram.com/butsarahsavage


CET ARTICILE A PARU DANS CENTRE PRESSE,  LE 15 JUILLET EN PAGE 4 DE LA RUBRIQUE CULTURES

dimanche, 08 juillet 2018

"MAINS" DE PATRICK DRUINOT

Les mains du poète

images.jpg

« La poésie oscille entre tristesse et beauté » écrit Patrick Druinot dans l’avant-propos de son ouvrage. « Elle se doit avant tout, car elle en a les moyens, d’ouvrir l’esprit et la conscience de celui qui cherche. C’est une bonne idée que de la comparer à une main ouverte, d’où divergent et  convergent tous les arts. » Voilà pour la présentation de Mains, un recueil de poèmes que Patrick Druinot vient de faire paraître(1). Des siennes, justement, l’auteur nous offreun merveilleux oeillet, cette fleur qui symbolise la liberté : « Je tends la main/Au bon vent du destin/A ce manteau porté/Sur les épaules nues/Je tends la main/Devant tous les vertiges… Nos mains - théorise l'artiste - sont à la fois les clés de toutes créations, mais aussi le lien entre nous et l'autre, entre la vie et l'abolition de la peur. » A propos de créations, Patrick a présenté en 2016 et 2017, deux expositions de ses photographies à la médiathèque de Marignanne. Aussi, dans son élan, le poète nous entraîne vers les divers courants de la créativité, ouvrant les écluses à tous les possibles : « Une femme à son miroir/Semble se noyer en elle-même/Elle nous rappelle certains tableaux/ D’Edward Hopper/Dans l’embrasure/ De portes et de fenêtres ». Au cœur de la création, au cœur de l’œuvre picturale et avant même que nous puissions nous en rendre compte « Passe une fille altière/Invisible, claquant des pointes/Sur la toile écrue de l’instant/Près des estampes de Picasso/Qu’elle griffe d’un trait virtuel/Entre deux courants d’Art… Une poésie concise, ô combien séductrice et fascinante où l’art demeure le fil conducteur de cet opuscule pour le plus grand plaisir des lecteurs. Idéal pour ces vacances d'été.

Eric Guillot

Poète, photographe, éditeur, Patrick Druinot signe, avec Mains, son seizième ouvrage de poésies. Citons notamment Un peintre, un poète ; Dans la lumière des arbres ; Poésie Intuitive I ;Le Voyage est toujours possible...
Patrick Druinot est également le nouvel animateur du Salon du Livre à Arvieu (où il aime résider) et succède, à partir de cette 22e édition, à Michelle Bru.

 

POUR VISUALISER LA PAGE PARUE DANS CENTRE PRESSE,
DIMANCHE 8 JUILLET 2018

cliquez sur le lien ci-dessous :

08-07-18-CPR-RODEZ_CP-4-P. Druinot.pdf

dimanche, 17 juin 2018

LIVRE DE MARIE-CLAUDE COUDERC

« Des perles en héritage »

Photo Marie-Claude Couderc1.jpg

Après "Les Perles bleues du pays d'Olt" (Les éditions du Bord du Lot)
Marie-Claude Couderc publie son deuxième roman.
L'auteur dédicacera son ouvrage à la Maison du Livre, à Rodez
samedi 23 juin, de 10 h 30 à midi.

Avec son nouveau livre Des perles en héritage, Marie-Claude Couderc conduit le lecteur dans le sillage d’une histoire familiale, au cœur du pays d’Olt. Car il s’agit bien d’une mystérieuse odyssée ! Que l’on en juge : Louise, avec son frère jumeau Pierre vont découvrir dans une maie, une multitude d’objets ayant appartenu à plusieurs générations de la famille Valjean. Un de ces objets va entraîner les deux scientifiques dans une expédition peu commune. « Un pan de notre passé a ressurgi. Pour nous, il est hors de question que cet énigmatique écrit, ce témoignage de la vie du siècle dernier… finisse dans l’indifférence et dans l’oubli... ! » se justifie Louise. Un carnet de notes sera le déclencheur de toute cette affaire : « joliment décoré, inspiré des motifs et des couleurs de l’orfèvrerie », ce manuscrit sans date raconte la passionnante aventure d’Alice Valjean, l’aïeule de la famille. Mais à la dernière page, une annotation manuscrite, d’une écriture particulièrement soignée devient très vite pour nos deux protagonistes, une véritable énigme ! Voici un extrait de cette étonnante missive : « Oh ! pays d’Olt, toi qui as su préserver tes trésors romans et médiévaux depuis la nuit des temps. Le château de Calmont, Perse, Saint-Pierre-de-Bessuéjouls, le Pont-Vieux… veille sur l’écrin de velours bleu satin que je te confie sereinement  car c’est à celui ou celle qui ne le cherche pas qu’il est donné de le trouver… »  Après avoir lu et relu le récit d’Alice, consulté nombreux documents et ouvrages relatifs à l’histoire régionale, Louise et Pierre, aidés de leur ami Gib,   partent à la recherche de cet objet précieux, « un bijou de roi ! ». Mais que nous réserve ce récit fantastique aux aventures rocambolesques ? Pour le découvrir, lisez ce livre sans plus tarder !

Eric Guillot

 Marie-Claude Couderc est retraitée et réside en Haute-Garonne. Diplômée d’une école de commerce, elle a sillonné les routes du Cantal et du nord Aveyron comme commerciale puis a terminé sa carrière comme assistante de direction dans la grande distribution à Toulouse

"Des perles en héritages"  144 p. (2018) de Marie-Claude Couderc.
Les éditions du Bord du Lot, (15 euros) 
www.bordulot.fr

POUR VISUALISER LA PAGE PARUE DANS CENTRE PRESSE,
DIMANCHE 17 JUIN 2018

cliquez sur le lien ci-dessous :

17-06-18-CPR-RODEZ_CP-4-M Couderc.pdf

dimanche, 10 juin 2018

LES MONTS DE L'AUBRAC VUS PAR JEANY RICHARD

Le coup de coeur de Jeany Richard

Jeany Richard.jpg

« En parcourant l’Aubrac, j’ai découvert un paysage d’une grande beauté… J’ai vécu sur ces terres, une expérience unique » écrit Jeany Richard en page 4 de couverture de son ouvrage qu’elle a elle-même illustré par de très belles photographies.
Un livre-catalogue disponible en librairies et dans les centres culturels des grandes surfaces ainsi que sur le site www.amicaledesecrivains.fr
Originaire de Graulhet, dans le Tarn, Jeany réside à Capdenac-Gare depuis une dizaine d’années où elle se consacre à l’écriture et pratique couramment la photographie.
Dans Les Monts de l’Aubrac, même si elle n’a pas parcouru les 25 000 hectares de ce vaste territoire, Jeany Richard a photographié et commenté ses diverses mises en images. Tels rochers, cascades, falaises, clapas, boraldes étroites et boisées, forêts de hêtres parsemées de tourbières... Mais aussi des sites comme Bez-Bédène ou encore la légende des Marmots de Saint-Geniez-d’Olt, sans oublier Draille, ce large chemin destiné au passage des troupeaux transhumants… « J’ai été surprise – assure-t’elle - par la beauté de ces belles vaches de race Aubrac avec leurs yeux bordés de noir, leur robe d’or brun, racées, vigoureuses, rustiques arpentant les verts pâturages. »
A travers son périple, l’auteur porte un témoignage chaleureux avec de remarquables photos : « J’ai pu voir aussi ces émouvantes traces du temps, laissées par des hommes, fortement attachés à cette terre, à leur terre. » Un ouvrage particulièrement séduisant que Jeany Richard sait nous « toucher par tant de beautés »; cet Aubrac, qui nous emplit à notre tour « le cœur et les yeux ».

Eric Guillot

« Les Monts de l’Aubrac, Coup de cœur », textes et photos de Jeany Richard. Editions Caussanil, 19 euros.

L'auteure sera en dédicaces au Centre culturel Leclerc à Onet-le-Château, le 14 juillet et aux maisons dela presse de Laguiole, le 9 août et à Saint-Géniez-d'Olt, samedi 18 août, en matinée.

POUR VISUALISER LA PAGE PARUE DANS CENTRE PRESSE,
DIMANCHE 10 JUIN 2018

cliquez sur le lien ci-dessous :

10-06-18-CPR-RODEZ_CP-4-J Richard.pdf

dimanche, 29 avril 2018

LIVRE DE HUGUETTE DANGLES et HERVE DIJOLS

« Sète ouvre ses paupières »

Livre de Huguette.jpg

Après Persiennes entrouvertes (1986, préfacé par Denys-Paul Bouloc), L’été rassemble ses tilleuls (1991), Le chant des Sources (2009) et L’Encre vive de l’iris (2012), Huguette Dangles vient de publier son cinquième recueil de poésies : Sète ouvre ses paupières, (une ville qu’elle connaît très bien pour y séjourner régulièrement). L’ouvrage illustré par de très belles photographies d’Hervé Dijols est publié aux éditions niçoises « Pourquoi viens-tu si tard ? » (10 euros). La poétesse aveyronnaise qui possède un « cœur épris de liberté » nous conduit « Entre mer et étang… Dans un jeu de miroir » là ou « tremblent les ocres façades » et où « Le phare de Saint-Clair/berce d’un faisceau lumineux/sa belle endormie ». Elle nous assure à travers ses merveilleux poèmes, une visite des lieux emblématiques, tel Le Jardin du château d’eau, le cimetière du Py (ou repose Georges Brassens) et nous certifie que « Bercé de refrains nostalgiques/et de souvenirs/le petit cimetière n’est pas triste ». Il y a aussi le port et « les marins aux visages burinés », la place Aristide-Briand avec son kiosque et la Place du Pouffre qui sont à l’honneur.
Comme pour une peinture impressionniste, Huguette Dangles sait nous subjuguer avec sa palette de mots qui essaiment leurs couleurs à foison : « La mer s’étend fidèle, offrant sa robe bleue ou son manteau gris à la plage sertie de coquillages… Une aigrette s’éveille dans les bruyères roses, les flamants se rassemblent dans les étiers… ». Puis « Adossée au mur de rochers noirs/en guise d’oreiller/la mer s’est endormie/La dune offre sa poitrine/pour reposer ses rêves ». Et tandis qu’une déambulation le long des quais s’offre aux protagonistes, l’écriture se transforme en un effluve de romantisme : « Le vent entoure nos épaules/nous pousse fièrement/dans les quartiers de la ville/Un quadrant solaire/réchauffe la pierre/Il est l’heure d’aimer… Je garde sur les lèvres/un goût de sel/pour le dernier baiser » écrit l’auteure devant « l’étendue immuable/de la mer » et « les plages ensablées de désirs ».
De très belles poésies ou le lyrisme est à son apogée. L’ouvrage est disponible en librairie.

Eric Guillot

POUR VISUALISER LA PAGE PARUE DANS CENTRE PRESSE,
DIMANCHE 29 AVRIL 2018

cliquez sur le lien ci-dessous :

29-04-18-CPR-RODEZ_CP-4-MA3AV.pdf